Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

Missionnaires Clarétains France | 17 July 2019

Scroll to top

Top

No Comments

L’évangile au quotidien 15 mai 2015

L’évangile au quotidien 15 mai 2015
CMF France

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean 16,20-23a. 
En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : Amen, amen, je vous le dis : vous allez pleurer et vous lamenter, tandis que le monde se réjouira ; vous serez dans la peine, mais votre peine se changera en joie.
La femme qui enfante est dans la peine parce que son heure est arrivée. Mais, quand l’enfant est né, elle ne se souvient plus de sa souffrance, tout heureuse qu’un être humain soit venu au monde.
Vous aussi, maintenant, vous êtes dans la peine, mais je vous reverrai, et votre cœur se réjouira ; et votre joie, personne ne vous l’enlèvera.
En ce jour-là, vous ne me poserez plus de questions.

Notre expérience nous montre que la vie est un combat, une lutte entre le bien et le mal. Notre corps est le théâtre d’un affrontement continuel entre des virus qui tentent de nous détruire et notre système immunitaire qui les repousse et nous défend. Ce combat physique manifeste d’une manière sensible une lutte plus profonde en chacun de nous entre notre volonté attirée vers le bien et notre égoïsme qui refuse l’amour, l’ouverture de soi à l’autre. En chacun de nous, nous découvrons un « monstre » et un « ange. qui s’affrontent pour nous attirer dans des directions opposées.

Lorsque ces combats deviennent virulents, ils éclatent comme des crises, des tentations qui nous déchirent, nous tirant vers deux pôles opposés, le malheur et la mort ou le bonheur et la vie. Cet affrontement impose sa violence à chacun de nous, mais encore plus à l’ensemble de l’Église, avant d’atteindre l’apothéose du rassemblement universel dans le Royaume de notre Père.

La joie de la mère qui succède à sa souffrance était une comparaison traditionnelle dans le judaïsme pour évoquer les derniers temps, l’époque que devait instaurer le Messie. Dans le déroulement de l’histoire du salut – collectif et individuel – la souffrance précède la joie, le don de soi par amour est le prélude nécessaire de l’éblouissement, c’est à travers la croix que le chrétien s’ouvre à la résurrection.

En opposition au monde, dont la joie éphémère et superficielle cache mal son angoisse profonde, la présence glorieuse du Christ communiquera au croyant une joie fondée sur la communion avec Dieu. Mais cette communion à la Source de la vie et du bonheur n’est possible que par la médiation du Christ Jésus. Comblé de cette joie qui élimine tout doute et toute question, le chrétien s’émerveillera que ses prières, adressées à Dieu au nom de Jésus, en communion avec sa volonté, sont toujours exaucées.

Submit a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.