Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

Missionnaires Clarétains France | 23 November 2017

Scroll to top

Top

No Comments

22 Dimanche Temps Ordinaire

22 Dimanche Temps Ordinaire
CMF France

Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 16,21-27.
En ce temps-là, Jésus commença à montrer à ses disciples qu’il lui fallait partir pour Jérusalem, souffrir beaucoup de la part des anciens, des grands prêtres et des scribes, être tué, et le troisième jour ressusciter.
Pierre, le prenant à part, se mit à lui faire de vifs reproches : « Dieu t’en garde, Seigneur ! cela ne t’arrivera pas. »
Mais lui, se retournant, dit à Pierre : « Passe derrière moi, Satan ! Tu es pour moi une occasion de chute : tes pensées ne sont pas celles de Dieu, mais celles des hommes. »
Alors Jésus dit à ses disciples : « Si quelqu’un veut marcher à ma suite, qu’il renonce à lui-même, qu’il prenne sa croix et qu’il me suive.
Car celui qui veut sauver sa vie la perdra, mais qui perd sa vie à cause de moi la gardera.
Quel avantage, en effet, un homme aura-t-il à gagner le monde entier, si c’est au prix de sa vie ? Et que pourra-t-il donner en échange de sa vie ?
Car le Fils de l’homme va venir avec ses anges dans la gloire de son Père ; alors il rendra à chacun selon sa conduite. »

Les Béatitudes, les paroles qui nous proclament tous heureux, sont aujourd’hui suivies d’autres paroles bien dérangeantes de Jésus quand nous interprétons ses paroles comme un appel à souffrir sur la croix. Toute croix veut dire souffrance et il est bien normal de vouloir l’esquiver. Si quelqu’un venait nous voir et nous disait qu.il aime la souffrance et qu’il fait tout pour la multiplier, nous serions inquiets. À première vue, cela n’apparaîtrait pas très sain. Mais, Jésus ne dit pas : Qu’il prenne ma croix. Il dit plutôt : Que chacun prenne sa croix et que chacun l’assume comme lui a assumé la sienne.

Mais quelle est donc notre croix ?

Il y a la croix du corps lorsqu’il devient lourd à porter et  la croix du cœur lorsqu’il est blessé ou brisé par le manque d’amour. Il y a la croix de la solitude que toute personne apprend à assumer un jour ou l’autre et la croix de la vie commune qui nous invite à nous dépasser un peu plus chaque jour. Notre croix nous est propre et elle ne se précise que peu à peu au cours de notre vie et parfois elle change de visage à divers moments de la vie.

Jésus avait déclaré heureux tous ceux qui combattent la souffrance et le mal sous toutes ses formes : ceux qui ont faim et soif de justice, ceux qui exercent la miséricorde, ceux qui font œuvre de paix et enfin ceux qui sont persécutés pour la justice.  Jésus s’adresse aux petits, aux misérables, aux faibles, à ceux qui souffrent, pour les rendre fort, dignes et heureux. Aujourd’hui Jésus précise que nous ne sommes pas invités à la patience dans l’attente d’un hypothétique bonheur qui aura lieu plus tard. C’est tout de suite, que ceux qui souffrent sont proclamés heureux par Jésus, et donc invités à quitter leur situation de souffrance pour un bonheur réellement là.

Ce n’est pas souffrir que Jésus demande. Ce qu’il demande, c’est de reconnaître les souffrances et d’agir. Mais, quand nous vivons une incompréhension, une injustice, ou une ingratitude, nous ne voyons pas toujours tout de suite comment la vivre à la manière de Jésus. La tentation est grande de refuser de suivre Jésus sur le chemin du pardon. Quand nous vivons des impasses avec ceux ou celles qui nous entourent, à cause de leur caractère ou de leur habitude de vie, que ce soit en famille, en communauté, quand ces situations nous font souffrir et semblent sans remède, il n’est pas facile d’y voir une occasion de mettre nos pas dans les siens et le suivre. Il est difficile d’apprendre à aimer jusqu’à l’extrême, à mettre de l’amour partout où l’amour manque, à apporter le sourire au nom de Jésus et de son Évangile, à perdre sa vie pour que la vie fasse son œuvre.

Saint Paul nous invite à cultiver une relation, non pas purement formelle, mais personnelle avec Dieu. La relation chrétienne avec Dieu ne se borne pas à quelques actions et prières rituelles. Tout ce que nous faisons doit être une adoration. Nos actions, nos paroles, nos décisions, notre manière de vivre de tous les jours et de chaque instant – toutes ces choses sont pour nous des occasions pour montrer à Jésus que nous l’aimons et que nous voulons le suivre. Cela requiert, comme l’écrit saint Paul une transformation profonde.

Le message de Jésus ne doit pas nous rendre passifs. La foi ne peut pas être séparée d’une recherche et d’un combat qui vise à transformer notre monde injuste et transformer nos relations. La foi doit nous aider à aller de l’avant, à abolir nos frontières, notre peur de l’autre, de ce qui es différent, à espérer sans crainte du futur. Jésus nous demande de le suivre et non de souffrir, mais la souffrance sert peut-être à nous recentrer.

Quiconque fait des choix véritables, qui engagent tout son être, sait qu’un jour la vie bousculera ses convictions.  Jésus a choisi Dieu, son Père. Il a choisi la Vie de Dieu, la vraie vie. Nous avons à marcher dans les pas de Jésus.

Submit a Comment