Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

Missionnaires Clarétains France | 23 April 2018

Scroll to top

Top

No Comments

2 Dimanche de Pâques

2 Dimanche de Pâques
CMF France

Évangile de Jésus-Christ selon saint Jean 20,19-31.
C’était après la mort de Jésus. Le soir venu, en ce premier jour de la semaine, alors que les portes du lieu où se trouvaient les disciples étaient verrouillées par crainte des Juifs, Jésus vint, et il était là au milieu d’eux. Il leur dit : « La paix soit avec vous ! »
Après cette parole, il leur montra ses mains et son côté. Les disciples furent remplis de joie en voyant le Seigneur.
Jésus leur dit de nouveau : « La paix soit avec vous ! De même que le Père m’a envoyé, moi aussi, je vous envoie. »
Ayant ainsi parlé, il souffla sur eux et il leur dit : « Recevez l’Esprit Saint.
À qui vous remettrez ses péchés, ils seront remis ; à qui vous maintiendrez ses péchés, ils seront maintenus. »
Or, l’un des Douze, Thomas, appelé Didyme (c’est-à-dire Jumeau), n’était pas avec eux quand Jésus était venu.
Les autres disciples lui disaient : « Nous avons vu le Seigneur ! » Mais il leur déclara : « Si je ne vois pas dans ses mains la marque des clous, si je ne mets pas mon doigt dans la marque des clous, si je ne mets pas la main dans son côté, non, je ne croirai pas ! »
Huit jours plus tard, les disciples se trouvaient de nouveau dans la maison, et Thomas était avec eux. Jésus vient, alors que les portes étaient verrouillées, et il était là au milieu d’eux. Il dit : « La paix soit avec vous ! »
Puis il dit à Thomas : « Avance ton doigt ici, et vois mes mains ; avance ta main, et mets-la dans mon côté : cesse d’être incrédule, sois croyant. »
Alors Thomas lui dit : « Mon Seigneur et mon Dieu ! »
Jésus lui dit : « Parce que tu m’as vu, tu crois. Heureux ceux qui croient sans avoir vu. »
Il y a encore beaucoup d’autres signes que Jésus a faits en présence des disciples et qui ne sont pas écrits dans ce livre.
Mais ceux-là ont été écrits pour que vous croyiez que Jésus est le Christ, le Fils de Dieu, et pour qu’en croyant, vous ayez la vie en son nom.

Nous vivons dans un monde des individus qui cherchent le bien de chacun ou chacune, s’insistant leurs droit et liberté. Dans cette liberté personnelle, ils oublient commodément l’existence des autres, particulièrement tous ceux et celles qui ont besoin des autres pour leurs survives. Grâce au rayonnement apostolique et à la ferveur des fidèles, la communauté chrétienne du jour est appelée à intégrer ces gens pour qu’ils eux-aussi vivent une vie paisible et agréable.

Tout commence avec un simple partage. Puisque nous sommes les membres d’un seul CORPS, le corps du Seigneur, nous ne pouvons ignorer personne, même tous ceux et celles qui sont en dehors de notre croyance. Car, ils sont les enfants d’Abraham, les biens aimés du Père. La première communauté chrétienne a consacrée tout son temps d’entre cette mission reçue dans leur culte, l’adoration de vrai Dieu, particulièrement dans le partage.

Cette unité du peuple formera une communauté des peuples, avec sa diversité, en rendant visible l’unité éternelle, par sa foi, la foi en Jésus Christ, le Ressuscité. En ces jours, nous sommes ce peuple de Dieu, qui rende grâce au Seigneur, avec Marie, sa mère, en disant, qu’elle merveille que fit le Seigneur ! Héritiers de cette filiation,  en donnant la vie aux affamés et aux affligés, nous recevrons le renouvellement d’une nouvelle vie en Dieu, une vie remplie d’amour et de pardon, entièrement animée par l’Esprit Saint.

Puisque notre vie est remplie d’amour et de pardon, nous rendons visible, par notre vie de témoignage, ce Dieu d’amour et de miséricorde. Le monde qui ne connait pas ce Dieu d’amour, est invité par nos actes et nos paroles, à découvrir ce Dieu qui l’accompagne et Celui qui l’aime encore.  Il est tout-à-fait possible que nous soyons rejetés par ce monde. N’ayons pas peur. L’Esprit Saint qui nous accompagne et nous guide, nous donnera la force et le courage. Il nous dira tout ce que nous devons dire et ce que nous devons faire.

En accomplissant cette volonté divine, avec nos limites, nous reconnaissons notre faiblesse, notre déchirement personnel ou familial comme divorce et séparation. Les attentats, les catastrophes naturelles, les guerres, etc., en train de nourrir le monde avec une frayeur sans recours.  Il propage la violence comme une solution parfaite et immédiate. Nous les chrétiens à l’image du Christ ressuscité, avons un devoir d’alimenter ce monde avec amour et le pardon, avec le partage et la réconciliation. Car, nous avons appris  des Apôtres que le Seigneur les a salué  avec cette parole, « La paix soit avec vous ! De même que le Père m’a envoyé, moi aussi, je vous envoie. »  Nous sommes les envoyés du Père. Un Père qui est infiniment bon.

Dans cet évangile nous nous retrouvons encore une fois avec le Créateur, Celui qui a soufflé pour la première fois. Le Christ est donc le nouveau ‘HOMME’ qui est venu pour purifier le monde de son péché. « Les Apôtres sont maintenant habilité à achever l’œuvre que le Christ a entamée au cours de sa vie terrestre. » L’Eglise continue cette œuvre de Dieu, à travers ses prêtres et ses fidèles, non seulement par le sacrement de la réconciliation, mais aussi dans toute rencontre humaine.

Comme Thomas, tout le monde est prié à apercevoir le Ressuscité, aujourd’hui particulièrement dans l’Eglise universelle, à travers son côté transpercé. Les hommes de bonne volonté désormais y découvriront le Christ facilement, pourtant mystiquement dans la foi, ‘croire sans voir’. Nous sommes les signes de foi aux hommes, à ceux de Thomas  qui les cherchent encore. Une fois découverts, comme Thomas, eux aussi proclameront la profession de foi, « Mon Seigneur et mon Dieu. »

En ce dimanche de la miséricorde, confions tous nos frères et sœurs qui sèment la haine dans le monde et avec toutes leurs victimes. Prions pour tous ceux et celles qui travaillent sans cesse pour la paix et pour la réconciliation. Soyons dans notre vie quotidienne, les missionnaires de la miséricorde divine. Amen.

P. Terry John Bosco,CMF

Submit a Comment