Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

Missionnaires Clarétains France | 23 April 2018

Scroll to top

Top

No Comments

3 Dimanche de Pâques

3 Dimanche de Pâques
CMF France

Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc 24,35-48.
En ce temps-là, les disciples qui rentraient d’Emmaüs racontaient aux onze Apôtres et à leurs compagnons ce qui s’était passé sur la route, et comment le Seigneur s’était fait reconnaître par eux à la fraction du pain.
Comme ils en parlaient encore, lui-même fut présent au milieu d’eux, et leur dit : « La paix soit avec vous ! »
Saisis de frayeur et de crainte, ils croyaient voir un esprit.
Jésus leur dit : « Pourquoi êtes-vous bouleversés ? Et pourquoi ces pensées qui surgissent dans votre cœur ?
Voyez mes mains et mes pieds : c’est bien moi ! Touchez-moi, regardez : un esprit n’a pas de chair ni d’os comme vous constatez que j’en ai. »
Après cette parole, il leur montra ses mains et ses pieds.
Dans leur joie, ils n’osaient pas encore y croire, et restaient saisis d’étonnement. Jésus leur dit : « Avez-vous ici quelque chose à manger ? »
Ils lui présentèrent une part de poisson grillé
qu’il prit et mangea devant eux.
Puis il leur déclara : « Voici les paroles que je vous ai dites quand j’étais encore avec vous : Il faut que s’accomplisse tout ce qui a été écrit à mon sujet dans la loi de Moïse, les Prophètes et les Psaumes. »
Alors il ouvrit leur intelligence à la compréhension des Écritures.
Il leur dit : « Ainsi est-il écrit que le Christ souffrirait, qu’il ressusciterait d’entre les morts le troisième jour,
et que la conversion serait proclamée en son nom, pour le pardon des péchés, à toutes les nations, en commençant par Jérusalem.
À vous d’en être les témoins. »

Dans l’Évangile de dimanche dernier, saint Jean nous a montré comment Jésus ressuscité amène les croyants, et en premier lieu ses disciples,  à la maturité de la foi. Il nous amène à croire sans voir, à croire en nous appuyant sur l’annonce des témoins. Aujourd’hui saint Luc parle à son tour des témoins, ceux que nous pouvons rencontrer sur notre route. Le passage de l’évangile de saint Luc vient à la suite du récit bien connu des disciples sur la route d’Emmaüs. Dans cette apparition de Jésus aux onze apôtres, les questions qui se posent concernent l’identité de celui qui se tient devant eux et la forme de sa présence. Ils croyaient d’abord être en présence d’un esprit. Ils imaginent qu’il s’agit d’un fantôme. Jésus reconnaît le bouleversement de ses disciples, de ceux qui l’avaient connu ou qui avaient connu des témoins directs de sa présence. Il rassure en donnant des signes concrets qu’il est là. Il connaît et respecte ses disciples. Il les invite à le toucher. Il leur montre ses mains et ses pieds. Il mange un morceau de poisson grillé devant leurs yeux pour démontrer qu’il est vivant en chair et en os. Ils l’entendent leur réciter les Saintes Écritures qui mettent en contexte la logique du plan de Dieu. Jésus enseigne : il leur dit que tout ce qui a été écrit sur lui dans la loi de Moïse, les Prophètes et les Psaumes doit être accompli. C’est le rappel de la nouvelle Alliance qui remplace et prolonge l’Ancienne Alliance conclue entre Moïse et Yahvé. Jésus vient pour ouvrir l’esprit des disciples à l’intelligence des Écritures.
 
La résurrection échappe à la raison humaine et au bon sens. Nous sommes tellement habitués à dire que Jésus est ressuscité que c’est devenu presque banal pour nous, mais l’avons vraiment intériorisé ? Nous aussi, nous devons entrer dans cette joie et cette crainte des disciples qui découvrent Jésus ressuscité, une réalité inimaginable. Dans l’Évangile, beaucoup de gens ont vu les miracles de Jésus, et ils n’ont pas cru pour autant. La foi n’est pas provoquée et entretenue par des miracles, mais par la découverte et la connaissance du sens de ceux-ci. Les apôtres comprennent lorsque Jésus leur explique que sa résurrection est l’accomplissement des Écritures, de la Loi et des prophètes, de ce qu’il avait lui-même annoncé. Ils saisissent  que celui qui est devant eux est vraiment le Sauveur. Comme il a ouvert le cœur des disciples sur le chemin d’Emmaüs, il leur ouvre l’esprit à l’intelligence des Écritures, c’est-à-dire à la foi. La mission des apôtres commence lorsque celle de Jésus semble se terminer. Elle consiste à annoncer à toutes les nations la Bonne Nouvelle : le pardon de Dieu est accordé à tous ceux et celles qui se convertissent.
 
Nous aussi nous faisons l’expérience de la rencontre de Jésus ressuscité,  même si nous ne le voyons pas de nos yeux, même si nous ne le touchons pas de nos mains.  C’est l’accueil de l’Esprit Saint qui ouvre notre intelligence au sens des Écritures et à la foi. Les disciples et les apôtres ont vu et ont cru. Nous croyons à cause de leur témoignage. Tels disciples et les apôtres qui ont partagé cette expérience avec nos ancêtres qui à leur tour l’ont partagé avec nous, c’est maintenant à nous de continuer de témoigner de l’expérience vécue de notre foi. La reconnaissance de Jésus ressuscité  conduit à notre mission qui doit se traduire en gestes concrets: celui qui garde fidèlement sa parole, en lui l’amour de Dieu est vrai dit la deuxième lecture. C’est à nous de faire connaître la résurrection. C’est à nous de faire advenir un monde où chacun peut vivre debout et fier devant les autres et devant Dieu. Le sermon de Pierre en 1ere lecture se termine par une interpellation : convertissez-vous et revenez à Dieu. Croire à la résurrection de Jésus est encore autre chose que l’admettre théoriquement. Croire, c’est se laisser toucher, c’est ressusciter en changeant de conduite. Si nous venons à faiblir,  il ne faut pas nous décourager. Pour changer le monde, il faut une conversion, il faut passer  de l’habitude à la nouveauté, passer de l’incrédulité à la foi, passer d’une foi d’enfant à une foi adulte qui consiste à devenir comme des enfants, à s’émerveiller, à oser.  Découvrir la présence de Dieu exige la médiation des Écritures lues et accueillies dans la lumière de Pâques.  Peut-être aurons-nous, comme dans l’évangile d’aujourd’hui, la chance de rencontrer Jésus. Jésus marche avec nous. Il ne nous brusque pas. Il est à l’écoute.  Après avoir appris à faire un pas vers le Royaume de Dieu, nous devons en faire une deuxième et persévérer. En chemin nous pouvons tituber, tomber. Mais nous pouvons rencontrer quelqu’un qui nous relèvera, nous pouvons être celui qui relève, qui encourage et qui guide.
 
Jésus est notre défenseur devant le Père dit la 2e lecture. Dieu qui a ressuscité Jésus ressuscite aussi nos propres existences. Nous ressuscitons chaque jour avec lui.  Jésus a vaincu la mort, il est présent et il nous dit: ne craignez pas. Jésus vient au-devant de toutes nos nuits, de tous nos désespoirs, de toutes nos platitudes, pour y apporter sa lumière. L’Évangile ne s’arrête pas le jour de Pâques. Jésus Ressuscité nous donne de vivre en ressuscités. Dès aujourd’hui.

Submit a Comment