Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

Missionnaires Clarétains France | 21 October 2018

Scroll to top

Top

No Comments

7 Dimanche de Pâques

7 Dimanche de Pâques
CMF France

Évangile de Jésus-Christ selon saint Jean 17,11b-19.
En ce temps-là, les yeux levés au ciel, Jésus priait ainsi : « Père saint, garde mes disciples unis dans ton nom, le nom que tu m’as donné, pour qu’ils soient un, comme nous-mêmes.
Quand j’étais avec eux, je les gardais unis dans ton nom, le nom que tu m’as donné. J’ai veillé sur eux, et aucun ne s’est perdu, sauf celui qui s’en va à sa perte de sorte que l’Écriture soit accomplie.
Et maintenant que je viens à toi, je parle ainsi, dans le monde, pour qu’ils aient en eux ma joie, et qu’ils en soient comblés.
Moi, je leur ai donné ta parole, et le monde les a pris en haine parce qu’ils n’appartiennent pas au monde, de même que moi je n’appartiens pas au monde.
Je ne prie pas pour que tu les retires du monde, mais pour que tu les gardes du Mauvais.
Ils n’appartiennent pas au monde, de même que moi, je n’appartiens pas au monde.
Sanctifie-les dans la vérité : ta parole est vérité.
De même que tu m’as envoyé dans le monde, moi aussi, je les ai envoyés dans le monde.
Et pour eux je me sanctifie moi-même, afin qu’ils soient, eux aussi, sanctifiés dans la vérité. »

Ce dimanche entre la fête de l’Ascension et la Pentecôte est une bonne occasion pour faire le point sur le message de Jésus. Dans l’extrait de l’évangile, Jésus s’adresse à son Père, mais aussi à nous. Il nous exhorte à ne faire plus qu’un en Dieu. L’unité qui doit unir les chrétiens, doit être de la même nature que celle qui unit Jésus à son Père. Être un, mais pas n’importe comment, pas comme une armée disciplinée, pas davantage dans une unité fusionnelle qui nierait les différences qui n’a rien à voir avec l’unité chrétienne. L’Évangile nous invite à être un homme, une femme, à être vrai.

L’unité  désirée par Jésus ne repose pas sur une simple unité d’opinion, de valeurs morales, ou d’affection fraternelle. Quand nous cherchons l’unité, en paroisse, en groupe de mission, en communauté, en famille ou en couple, nous venons vivre de l’amour de Dieu; nous réchauffons notre amour à l’amour même de Dieu. Dieu est le premier à nous aimer, et surtout il nous aime tels que nous sommes, même quand nous n’arrivons pas à nous aimer nous-mêmes. Avec Dieu il n’est jamais trop tard; avec Dieu on n’est jamais trop loin, parce qu’il vient lui-même pour effacer toute distance, pour écarter toute crainte. Pour ne faire qu’un entre nous, c’est-à-dire  recevoir ce  qui fera notre unité, il faut que  Dieu soit en nous. Nous devons donc d’abord laisser Dieu venir au fond de chacun de nous, tout comme le Père habite le cœur de son Fils.

Jésus demande à Dieu de sanctifier ses disciples par la vérité, c’est-à-dire qu’ils puissent vivre dans le monde sans se plier à la fausseté, mais en annonçant la vérité qui leur a été révélée par Jésus. Aujourd’hui, comment pouvons-nous entendre cette prière du Christ ? D’abord, il nous confie la responsabilité de continuer la mission qu’il a reçue de son Père. Dès lors, tous les chrétiens doivent être la bouche, les pieds, les mains et le corps du Christ. Face aux difficultés, aux problèmes, aux défis quotidiens que nous posent continuellement la société et le monde dans lequel nous vivons, nous devons, avec l’aide de Dieu, collaborer à la construction du Royaume. Nous devons guérir les malades et donner du pain aux affamés. Il veut que nous soyons, avec sa force, ceux qui continuent à construire son Règne sur terre malgré les oppositions.

Etre chrétien aujourd’hui n’agit pas seulement d’une profession de foi, il ne s’agit pas d’une théorie, ou une dévotion pieuse, ni l’accomplissement de quelques lois. Etre chrétien, c’est agir, avec le même esprit du Christ. Nous devons soigner les malades, défendre les faibles, porter le Bonne Nouvelle aux pécheurs, interpeller les corrompus ; nous devons toujours défendre les plus petits. La vie chrétienne est contemplation et action, elle est une lutte, un travail, un effort continu pour être plus chrétien et plus humain dans notre histoire, dans notre monde. Le commandement de Jésus continue d’être le même hier, aujourd’hui et toujours : aimer Dieu et démontrer cet amour en aimant inconditionnellement son prochain, non seulement en parole, mais en actes.

Pendant ces jours qui nous séparent de la Pentecôte, prenons conscience du besoin que nous avons de vivre plus pleinement de l’Esprit qui nous a été donné afin de laisser le Christ venir nous habiter. Nous sommes appelés sur le chemin de l’amour réciproque et de l’unité. Nous devons être des maillons, des anneaux de cette chaîne infinie des témoins de Dieu. Nous devons témoigner  de la façon dont la Parole de Dieu doit être vécue et la propager à travers le monde. Nous sommes tous responsables d’alimenter le feu de l’amour. Que nos vies transformées par la Parole de Dieu manifestent au monde l’espérance et la joie! Amen.

 

Submit a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.