Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

Missionnaires Clarétains France | 21 October 2018

Scroll to top

Top

No Comments

Pentecôte

Pentecôte
CMF France

Évangile de Jésus-Christ selon saint Jean 15,26-27.16,12-15.
En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Quand viendra le Défenseur, que je vous enverrai d’auprès du Père, lui, l’Esprit de vérité qui procède du Père, il rendra témoignage en ma faveur.
Et vous aussi, vous allez rendre témoignage, car vous êtes avec moi depuis le commencement.
J’ai encore beaucoup de choses à vous dire, mais pour l’instant vous ne pouvez pas les porter.
Quand il viendra, lui, l’Esprit de vérité, il vous conduira dans la vérité tout entière. En effet, ce qu’il dira ne viendra pas de lui-même : mais ce qu’il aura entendu, il le dira ; et ce qui va venir, il vous le fera connaître.
Lui me glorifiera, car il recevra ce qui vient de moi pour vous le faire connaître.
Tout ce que possède le Père est à moi ; voilà pourquoi je vous ai dit : L’Esprit reçoit ce qui vient de moi pour vous le faire connaître. »

Sans doute, frères et sœurs, avez-vous fait l’expérience de souffler sur un peu de braises dans une cheminée, et de voir comment c’est tout un feu qui repart, qui renait. Et bien la Pentecôte c’est cela. C’est Pâques qui prend feu : un peu de braise qui brûlait encore et qui devient au souffle de l’Esprit, une flamme, un feu, un incendie qui de siècles en siècles va embraser toute la terre. Sans doute que sans ce souffle de l’Esprit, la braise depuis longtemps serait devenue cendre. Le jour de la Pentecôte, ce n’est pas seulement l’Eglise qui est née mais l’Eglise qui n’a plus peur, l’Eglise hors les murs, l’Eglise missionnaire, poussée et dynamisée par l’Esprit qui témoigne partout et pour tous. L’Eglise pour tous.

Durant sept semaines nous avons vu la flamme du cierge pascal dans le sanctuaire chaque fois que l’eucharistie était célébrée. Cette vive flamme du cierge pascal nous a rappelé que le Christ est vivant, qu’il s’est levé d’entre les morts, tout comme le soleil, chaque matin, se lève pour mettre fin aux ténèbres de la nuit. La flamme de ce grand cierge blanc nous a rappelé la fidélité de Dieu à travers l’histoire. Demain, le cierge pascal ne sera plus là. Jusqu’à Pâques de l’année prochaine, il ne sera utilisé que pour les baptêmes et les funérailles. Le cierge pascal est retiré du sanctuaire, parce que nous-mêmes sommes devenus des lumières de Pâques, des vives flammes de sagesse, des colonnes de foi et d’amour pour répandre l’espérance du Christ dans le monde.

La fête de la Pentecôte offre à chacun de nous l’occasion de renouveler notre relation avec Dieu et avec les autres. C’est le temps d’un nouveau commencement. L’Esprit nous invite à vivre, à nous développer, à grandir. Refusons d’être des hommes et des femmes rapetissés, ratatinés! (histoire) Un fermier avait trouvé, tout en haut dans la montagne, un œuf d’aigle. Il fit éclore l’aiglon dans son poulailler où le petit oiseau apprit à gratter le sol, à manger du grain, à voleter sur quelques mètres, à se jucher pour dormir… Un jour il vit un grand oiseau qui planait majestueusement très haut dans le ciel. Il demanda à une poule plus âgée quel genre d’oiseau c’était. «Ah ça, c’est un aigle royal. C’est un drôle de phénomène. Il vole seul, très haut, il se laisse porter par l’air, pendant des heures et des heures. Il est tellement différent de nous. L’aiglon oublia le grand oiseau et continua à vivre comme les poules. Nous, chrétiens, sommes invités à voler plus haut, dans la pleine liberté des enfants de Dieu, à ne pas nous contenter d’une vie médiocre, au raz le sol !

Fêter la Pentecôte, c’est pour nous aujourd’hui prendre conscience que l’Esprit du Christ est déjà à l’œuvre ; mais c’est aussi dire à Dieu que nous désirons mener notre existence selon son Esprit. Sans doute avons-nous raison de l’invoquer pour qu’il vienne sur nous, mais à condition de ne jamais oublier que l’Esprit est déjà en nous. Et qu’il s’agit d’abord de le reconnaître, de le laisser agir, de vivre avec lui, de vivre de lui. Car si l’Esprit peut parfois nous déconcerter, il ne joue jamais sans nous, encore moins contre nous. Et il ne fait que dévoiler, encourager, ce qui au fond de nous est en attente de vie. Et cela quel que soit notre âge et notre parcours.

Prions aujourd’hui pour une nouvelle Pentecôte dans notre vie, notre paroisse, notre monde. Le souffle de Dieu chasse les disciples de leur abri. Toujours l’Esprit démolit les protections, ouvre les portes, pousse à la rencontre, abolit les frontières.  Je nous invite donc tous à nous examiner aujourd’hui pour savoir si nous laissons le Saint-Esprit nous libérer du confort de nos propres illusions en le respectant comme Esprit de vérité. Parce que le prix à payer d’une vie relue comme une tragédie, c’est le manque de joie réelle, tandis que la récompense d’une vie arrachée à l’auto-contemplation tragique, c’est la joie et la paix profondes. Puisse l’Esprit Saint nous donner le discernement pour nous abandonner enfin à lui et à son brûlant amour ! Purifiés par le feu ou la glace, nous serons enfin vrais et libres.

Submit a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.