Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

Missionnaires Clarétains France | 18 November 2019

Scroll to top

Top

No Comments

13 Dimanche Temps Ordinaire

13 Dimanche Temps Ordinaire
CMF France

Texte de l’Évangile (Lc 9,51-62): Comme le temps approchait où Jésus allait être enlevé de ce monde, il prit avec courage la route de Jérusalem. Il envoya des messagers devant lui; ceux-ci se mirent en route et entrèrent dans un village de Samaritains pour préparer sa venue. Mais on refusa de le recevoir, parce qu’il se dirigeait vers Jérusalem. Devant ce refus, les disciples Jacques et Jean intervinrent: «Seigneur, veux-tu que nous ordonnions que le feu tombe du ciel pour les détruire?». Mais Jésus se retourna et les interpella vivement. Et ils partirent pour un autre village.

En cours de route, un homme dit à Jésus: «Je te suivrai partout où tu iras». Jésus lui déclara: «Les renards ont des terriers, les oiseaux du ciel ont des nids; mais le Fils de l’homme n’a pas d’endroit où reposer la tête». Il dit à un autre: «Suis-moi». L’homme répondit: «Permets-moi d’aller d’abord enterrer mon père». Mais Jésus répliqua: «Laisse les morts enterrer leurs morts. Toi, va annoncer le règne de Dieu». Un autre encore lui dit: «Je te suivrai, Seigneur; mais laisse-moi d’abord faire mes adieux aux gens de ma maison». Jésus lui répondit: «Celui qui met la main à la charrue et regarde en arrière n’est pas fait pour le royaume de Dieu».

La page de l’évangile d’aujourd’hui nous présente trois visages différents de Jésus : il décide de prendre la route vers Jérusalem ; il renonce à toute violence ; il propose des exigences fortes à ceux qui le suivent.

Il décide de prendre la route vers Jérusalem : Jésus est un homme de courage. A partir de maintenant, dans l’évangile de Luc, les miracles se font plus rares, les paroles de Jésus deviennent plus dures. Son visage aussi, on dirait… et il va prendre résolument la route vers Jérusalem, vers le lieu de son combat décisif contre la mort. Prenons le temps – nous sommes là pour ça – d’évoquer nos difficultés, nos échecs, nos conflits, nos incertitudes professionnelles, nos solitudes affectives. Au lieu de nous laisser aller, durcissons le visage pour tenir bon, à la suite du Christ. –

Jésus renonce à toute violence : Jésus est homme de non-violence. Jésus est courageux et décidé. Et pourtant, il est “doux et humble de cœur”.  Un village de Samaritains a refusé de recevoir des pèlerins juifs dans un réflexe raciste. Jacques et Jean les fils du tonnerre, proposent d’utiliser la manière du prophète Elie (2 Rois 1, 10) pour punir à coup de feu du ciel ce village qui n’est pas d’accord avec eux. Une tentation, que nous pouvons avoir nous aussi, de supprimer l’adversaire ou de nous venger. Jésus refuse cette intervention spectaculaire et brutale. Il nous révèle ainsi le vrai Dieu qui a créé l’homme libre et qui respecte jusqu’au bout cette liberté. Comment Dieu détruirait-il les pécheurs ? Il les aime et il veut les sauver : “Père, pardonne-leur, ils ne savent pas ce qu’ils font.”  (Luc 23, 33). Jésus est le non-violent même, qui arrête le cercle infernal du mal en le recevant sur lui, sans jamais le faire lui-même. Devant le mal, en nous et chez les autres, demandons à Dieu sa patience. Silence !

Jésus propose des exigences fortes : Jésus est homme d’exigences radicales. Sa non-violence n’est pas une sorte de molle tolérance où les frontières seraient floues entre le mal et le bien. Il propose au contraire à ceux qui veulent le suivre des exigences qui peuvent paraître inhumaines. Il ne cherche pas à recruter à tout prix. Il souligne qu’il faudra accepter inconfort et insécurité pour le suivre. Il est bon de nous le rappeler quand nous vivons des fatigues physiques ou morales. “Laisse les morts enterrer leurs morts.” C’est une des paroles les plus dures de tout l’évangile. Ceux qui n’ont pas voulu le rencontrer, Jésus ose les qualifier de morts. Pour le Christ, celui qui n’a pas le souci des choses de Dieu, ne vit pas. Et apparemment on ne peut pas le suivre en faisant passer nos propres affaires avant celles de Dieu.

Comment comprendre une telle rudesse ? Difficile question. Sans doute faut-il toujours nous rappeler que la prédication de Jésus n’est que Bonne Nouvelle et promesse de bonheur. Mais voilà ! Il a rencontré l’obstacle de la dureté des cœurs. Et il a essayé d’entamer cette dureté, de briser cette croûte épaisse, tantôt avec douceur, tantôt avec des paroles sévères. A chaque fois c’était pour faire une brèche dans des cœurs murés. En fait la dureté est en nous : nous sommes durs d’oreille, alors il élève le ton pour nous réveiller ; nous sommes durs à convaincre et portés à remettre à plus tard, alors il élève le ton pour dire : “c’est maintenant” ; nous sommes durs de cœur et notre monde est dur, d’où la dureté de certaines paroles de Jésus et sa rudesse de ton qui sont sans doute proportionnées à tout ça.

Nous devons nous engager sur la route avec Jésus en renonçant à ce qui nous enchaîne. Nous devons tuer la haine dans nos cœurs pour ne pas tuer l’autre. Nous sommes souvent comme Jacques et Jean, victimes d’une illusion étrange. Nous préférons le langage du pouvoir plutôt que celui de la communication. Nous préférons les rassurantes images du passé plutôt que celles qui remettent en question. Suivre Jésus, répondre à son appel, ce n’est pas vivre dans la nostalgie du passé, c’est regarder en avant, c’est bâtir l’avenir. Cela implique relever de nouveaux défis et risquer l’avenir à partir de ce que nous sommes aujourd’hui. C’est le moment d’avancer et nous devons nous libérer des chaînes de notre ancien esclavage. Nous devons demander à Dieu la générosité, le courage et la patience pour sortir et annoncer l’Évangile. Nous devons trouver la force pour témoigner de la Bonne Nouvelle de Jésus.

Submit a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.