Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

Missionnaires Clarétains France | 22 October 2019

Scroll to top

Top

No Comments

Mgr Beau : « La succession apostolique fait partie de l’histoire »

Mgr Beau : « La succession apostolique fait partie de l’histoire »
Evêque auxiliaire de Paris, Mgr Jérôme Beau relit le discours du pape Benoît XVI, prononcé en 2008, devant le monde de la culture. Le Président du Collège des Bernardins évoque le dialogue entre foi et raison, axe fort du pontificat de Benoît XVI.

 

Comment avez-vous réagi à l’annonce de la renonciation du Pape au pontificat ?

J’ai été surpris. Il m’a fallu quelques minutes pour comprendre ce que la personne m’annonçait et j’ai vérifié sur Internet… Ma première réaction a été l’action de grâce pour ce que Benoît XVI avait réalisé au cours de son Pontificat, une admiration pour son courage et une profonde sympathie. Je pense que deux caractéristiques ont marqué cette décision, comme sonministère : le courage de savoir affronter avec douceur et fermeté les questions de l’Eglise et du monde, ainsi que l’humilité de celui qui ne s’impose pas par la force mais par la vigueur de l’Evangile et l’amour de l’Église.

Comment allez-vous vivre ces jours de conclave ?

Dès maintenant, dans la prière pour l’ensemble des cardinaux afin qu’ils soient soutenus par la prière fidèle de toute l’Eglise, et pour l’importance du discernement qu’ils ont ensemble à accomplir. C’est aussi la confiance paisible qui m’habite, parce que la succession apostolique fait partie de l’histoire, celle à la fois extraordinaire et ordinaire de la vie de l’Eglise. Je souhaite vivre ces temps très particuliers du conclave dans une confiance paisible en l’action de l’Esprit Saint et dans la prière pour les cardinaux. Le Carême est d’abord un temps où l’ensemble du peuple de Dieu fait retraite pour retrouver le chemin de la fidélité d’un Dieu qui parle à notre cœur. D’une manière particulière, cette unité d’être en retraite pendant 40 jours au milieu de la ville, l’Eglise universelle la vit dans l’attente de l’élection du nouveau pape.

Que retenez-vous du pontificat de Benoît XVI ?

Il y a plusieurs lignes directrices dans le pontificat de Benoît XVI. L’axe qui ressort de chacun de ses voyages est celui du dialogue entre foi et raison. Pratiquement à chaque voyage, il a voulu rencontrer le monde de la culture ou le monde universitaire. Il n’a pas hésité à développer le dialogue entre foi et raison dans le monde d’aujourd’hui. En cela, il s’est situé dans la continuité de Jean-Paul II. C’est une des lignes de force de son pontificat. Le deuxième axe concerne la question de l’unité. C’est un homme qui ne voulait pas laisser un schisme à la génération suivante. Il est un homme d’unité qui a toujours voulu construire l’unité par l’humilité, la vérité et l’ouverture au dialogue.

Comment relisez-vous aujourd’hui le discours de Benoît XVI en 2008 aux Bernardins ?

Ce discours a beaucoup d’importance parce qu’il a situé dans sa perspective ce qu’est l’homme dans le dessein de Dieu en prenant la figure du moine – ce qui se justifiait puisqu’il était dans un lieu cistercien à l’origine. Il nous a montré comment l’homme, dans un monde plein de confusion, en cherchant Dieu, ne cherchait pas tant à changer une culture qu’à la traverser jusqu’à la rencontre de Celui qui est la vérité de son être et de l’histoire du monde. La recherche de l’homme passe par laquête d’une Vie pleine, entière, ainsi que par une aspiration à l’unité, l’unité de son être, l’unité entre les hommes. Afin d’illustrer son propos, le Pape a particulièrement mis en valeur, dans cette recherche d’unité, l’exemple de la musique dans la communauté monastique. Il nous montre ainsi quelques axes de ce qu’est la Nouvelle Evangélisation tout d’abord, dans cette ouverture de l’homme à Dieu, dans la recherche de la Vérité, puis dans le dialogue entre foi et raison. Le dialogue entre foi et raison n’est effectivement pas un dialogue en miroir mais il est orienté par la recherche de la Vérité.

Ce discours a donc encore beaucoup à nous dire ?

Dans ce discours, Benoît XVI parle beaucoup de la Parole de Dieu, de l’importance de cette Parole qui vient nous introduire dans ce dialogue avec le Seigneur. Ce n’est pas une recherche qui se ferait devant un néant. On peut relire aussi la préface de son premier livre Jésus de Nazareth (Tome 1, Du baptême dans le Jourdain à la Transfiguration). Dans l’homme qui recherche Dieu tel qu’il nous l’a montré, son encyclique Dieu est Amour (2006) nous explique comment la recherche de Dieu donne à l’homme de se construire sans inhiber ce qu’il porte en lui comme force amoureuse mais dans un accomplissement de l’amour et de sa relation, de l’amour du prochain, par cette expérience d’être aimé par Dieu. C’est un ensemble de textes qu’il faudrait reprendre.

Submit a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.