Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

Missionnaires Clarétains France | 18 August 2017

Scroll to top

Top

Pastorale des jeunes et des vocations

pjv france

 

 

 

 

 

MISSIONNAIRES DE LA MISÉRICORDE

Le Pape François nous a invités à ce que nous vivions un temps significatif au cours duquel nous faisions l’expérience de la miséricorde de Dieu. Devenir témoins de son amour miséricordieux dans le monde se transforme en un appel qui nous défie en tant que famille missionnaire.

Le P. Claret, a fait l’expérience du désir de rendre heureux les frères comme étant un des motifs qui le poussaient à la mission1. C’est pourquoi, partager avec autrui ce qui donne un sens à notre vie, implique collaborer, afin que tous et chacun nous puissions nous rencontrer personnellement avec le Dieu Père-Mère de Jésus. Un Dieu qu’est tendresse et affection, et qu’il veut la vie du monde.

Notre bonheur de missionnaires constitue le bien que nous pouvons offrir et la joie que cette attitude suscite. Joie contagionnant les personnes auxquelles nous sommes envoyés, à celles avec qui nous menons de l’avant la mission partagée, et qui nous rend heureux, nous aussi. Car au-delà des limitations personnelles qui ne manquent pas, nous mettons le meilleur de nous-même au service qui nous a été confié.

Etre des témoins-messagers de la miséricorde Dieu chez nos communautés c’est facile à dire, mais ça comporte toute une vie. Nous devons garder comme un trésor l’appel à vivre selon la miséricorde que nous fait Jésus et le désir d’élargir notre coeur à la mesure du sien. (Cf. Lc 6, 36).

Pour y réussir il est indispensable que nous fréquentions l’école de la Parole et que nous apprenions à contempler la vie avec le regard de Jésus. Un regard qui nous rende capables de percevoir ce qui vient de Dieu et que d’habitude passe inaperçu. Un regard qui s’émeut devant la douleur et la souffrance d’autrui ; qu’il ne naturalise pas les différentes formes de violence. Qu’il rachète nos frères de l’exclusion et les injustices, et qu’il nous sauve de la solitude.

Une pastorale vocationnelle selon la miséricorde doit nous amener nécessairement aux marges de la vie afin de contempler à partir de là la réalité et y entendre les appels que Dieu nous fait. Nous devons planifier, nous aussi, une pastorale « en sortie » laquelle ne s’occupe pas seulement des destinataires connus ; il ne suffit pas une planification de bonnes intentions ne parvenant pas à ceux qui, par différentes motifs, se trouvent aux marges de la société, de l’Église, de notre propre communauté.

jvFr. Carlos Verga CMF
Préfet de Pastorale de Jeunes et Vocations